Fiche horaire

L'Illusionniste


  (12 votes)
L'Illusionniste - illusioniste 4
  • Genre  : Film d'animation
  • Réalisateur : Sylvain Chomet
  • Adresse : Le Méliès
    10, place Jean Jaurès St-Etienne (42100)
  • Contact : 08 92 68 03 62 - Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
  • Site web du lieu : www.lemelies.com
  • Pays : France
Horaires

 

Synopsis

À la fin des années 50, une révolution agite l’univers du music-hall : le succès phénoménal du rock, dont les jeunes vedettes attirent les foules, tandis que les numéros traditionnels – acrobates, jongleurs, ventriloques – sont jugés démodés. Notre héros, l’illusionniste, ne peut que constater qu’il appartient désormais à une catégorie d’artistes en voie de disparition.

Critique

A quoi mesure-t-on la maturité et le savoir-faire d’une entreprise ? A sa diversité, à l’étendue de sa gamme expressive et productive. Prenez “Pathé”, un distributeur capable du meilleur (“Lost in Translation”, “Into the Wild”, “The Ghost Writer”) mais aussi du moins bon (“Astérix”, “Cineman”), passant avec nonchalance du populaire de bon aloi à la cinéphilie la plus aiguë.

L’UNIVERS DE TATI

“L’illusionniste” rentre ad hoc dans cette deuxième catégorie. On connaissait l’attachement au passé, le retour d’une mémoire années 50 jamais refoulée qui caractérise Sylvain Chomet, découvert avec le prodigieux film d’animation “Les Triplettes de Belleville”. Pour son deuxième film, le réalisateur pousse les critères esthétiques de son cinéma encore plus loin. Jusqu’à exhumer, par le biais d’une animation plus puriste que traditionnaliste, un vieil opus de Jacques Tati demeuré caché dans les tiroirs patrimoniaux sous la juridiction de la fille du réalisateur. Comme dans les “Triplettes” on retrouve tout l’univers de Tati transvasé dans celui de Chomet, un rythme déglingue, asymétrique, swinguant mais syncopé – en phase avec le vécu du protagoniste, une vieille star du cabaret progressivement délaissée par son public de plus en plus conquis par le rock’n roll. De Paris à Edimbourg, Tati et Chomet illustrent les néfastes de la modernité, un monde qui change, un présent dont personne ne veut plus. Le spleen de la nostalgie. Magnifique et passéiste.

Andrea Petrini

 
Déposez le premier commentaire !

Content item iconRédigez votre commentaire


B) :( :) :laugh:
:cheer: ;) :P :angry:
:unsure: :ohmy: :huh: :dry:
:lol: :silly: :blink: :blush:
:kiss: :woohoo: :side: :S
Plus d'emoticônes


Horaires Cinéma

 

Top des internautes

Derniers commentaires